Tags

, ,

Images © Lara Kantardjian | François René

Poem I: Words © François René | All rights reserved
Poem II: Words © Lara Kantardjian | All rights reserved

I
Nuits blanches

Ils rallient les insomnies des étoiles
Tombés du lit des fées
L’édredon révulsé
Expulsés
Oiseaux oisifs
Chassés du nid
Un soir, une nuit
Dans le noir ils déambulent
Internautes noctambules
Délaissent leurs matelas
Butent leurs antennes
Aux écrans plats
Oublient leurs ébats
Pour caresser les touches
A la lumière des chandelles
Leur sommeil n’est plus qu’alibi

Copyright©François René
15.06.2012

Sleepless

They rally the stars of insomnia
Fallen from the bed of the fairies
The quilt disgusted
Expelled
Idle birds
Driven from the nest
One evening, a night
They wander in the dark
Internet clubbers
Abandon their mattresses
Stumble their antennae
For flat screens
Forget their antics
To stroke the keys
A candlelight
Their sleep is no longer alibi

Copyright©François René
15.06.2012

II
Pillow talk

There is no right nor left
for a shipwrecked soul
in a narrow bed

Bereft of choice
the fallen
whose broken wings are spread
like a wound
lie restless,
at insomnia’s gate

Doubles are made for two,
whose dreams
midnight merges and ties
like two hands
to night
a caress
a whisper
upon two pillows
whose scent
veils their eyes
in sweet perfume
of words
that fall
and burn with desire
like a lover
on their knees
at the foot of the bed

©Lara Kantardjian
16.06.2012

Confidences sur l’oreiller

Il n’y a ni côté droit, ni côté gauche
pour une âme naufragée
dans un lit étroit

Dépourvus de choix
ceux qui sont tombés
et dont les ailes brisées persistent
comme une blessure,
sont de perpétuels agités
à la porte de l’insomnie

Les chambres doubles sont pour deux,
deux dont les rêves
fusionnent à minuit, alliés
comme deux mains
à la nuit
une caresse
un chuchotement
sur deux oreillers
dont le parfum
voile leurs yeux
dans le flagrance sucrée
des mots
qui tombent
et brûlent de désir
comme un amant
agenouillé
au pied du lit

Translated by François René
16.06.2012